SALMAN RUSHDIE : le terrorisme spectacle ?



Lors de la publication Des Versets sataniques en 1988, une fatwa fut prononcée à l’encontre de son auteur, Ahmed Salman Rushdie né en Inde, de religion musulmane, dans une famille laïque. C’est l’ayatollah Rouhollah Khomeini, iranien, qui émit la fatwa pour injure au Prophète Mahomet.


La publication de son roman se déroule dans un climat de hautes tensions politiques et de terrorisme « islamique [1]», mais dans une période relative d’apaisement, obtenue par les puissances européennes dont la France.

L’auteur n’ignorait pas que son roman lui vaudrait de sévères condamnations, mettant à mal la légère détente qui n’était pas du goût des USA ni de l’Etat d’Israël. Dans ce contexte de tensions très vives, violentes, certains milieux parisiens « bien informés », émirent l’hypothèse, qu’il pourrait s’agir d’un livre de commande, suggéré par l’URSS, l’ancien empire soviétique. M. Rushdie était désigné comme agent de l’international communiste.


La ficelle était grosse. L’URSS était embourbée en Afghanistan. Quels auraient été ses intérêts, ayant à leur frontière une nation de confession chiite ?


Les dirigeants de la cabale avaient bien choisi leur homme-lige, Rushdie étant de culture laïque quoique musulman d’origine. Il était le candidat parfait pour cette manipulation. S’il était un agent communiste, pouvait-on concevoir que le Royaume-Uni et plus tard les USA l’accueilleraient et lui accorderaient leur nationalité ?

Il est plus logique de voir, dans cette affaire, la main occulte de l’état profond qui, depuis la Renaissance, tire bien des manettes dans les allées du pouvoir politique.


La publication d’un discours prononcé à Washington entre les 26 et 29 novembre 2002 par les décideurs du mondialisme pour les exécuteurs, prouve la pratique du terrorisme spectacle et leur volonté de domination en vue de faire des USA la nation dominante du nouvel ordre mondial :


« Les communautés musulmanes que nous souhaitons voir venir de plus en plus nombreuses en Europe devront y peser peu à peu d’un poids de plus en plus immense à mesure que la culture traditionnelle et son legs de permanente pensée critique ne cesseront, elle, de devoir reculer. […] Ces pays – musulmans – n’ont pour nous de sens qu’en tant que nous pouvons les obliger à rester dépendants. […] Nous n’organisons pas simplement la passivité grandissante du citoyen devenu spectateur de sa domestication, nous spectacularisons la citoyenneté comme domestication grandissante et toujours à parfaire de la passivité. […] Le terrorisme spectaculaire est le scénario du film qui écrit les nécessités de survie de notre empire. Il constitue l’inversion concrète des vrais enjeux géostratégiques, il est le mouvement vrai du mensonge dont nous avons besoin pour que les spectateurs croient au spectacle de nos croyances. » (Extraits du discours prononcé par un dignitaire de l’organisation TERROR, les 26-29 novembre 2002)

En observons le contexte actuel, qui s’étonnera que les mêmes, qui ont suscité M. Rushdie, veulent l’éliminer ou le punir. Dans l’intérieur de ces puissances sans conscience morale tout est possible, envisageable. Le sordide est tel, qu’il ne se nomme pas, il stupéfait.

Le terroriste qui a agressé Rushdie suppose qu’il ait été introduit auprès de sa victime.

Il avait reçu une invitation ?

Comment les gardes du corps ont-ils pu ne pas voir le danger ?

Les services de sécurité pouvaient-ils ignorer qu’il avait fait un séjour au Liban ?


M. Rushdie était cette fois une cible de choix. N’est-il pas possible d’envisager que les USA aient vu, dans l’opportunité d’attenter à la vie de Rushdie, un acte positif envers les pays musulmans et souhaiter de les voir à nouveau se rapprocher d’eux ?


Les renseignements US ne pouvaient ignorer que le danger persistait. Cette agression contre Rushdie est du terrorisme spectacle, cf. la citation supra. Il est facile de manipuler un fanatique ou un pseudo déséquilibré. Les médias nous livrent un chargement de foin en guise de récit.


Il semble, que ces pouvoirs malins et occultes aient tenté une manœuvre contre les Etats membres du BRICS ? en désignant une fois de plus l’Iran. L’Iran a résisté à la campagne de vaccination des laboratoires anglo-saxons. Le Peuple iranien défit les mondialistes ce qui est insupportable pour les USA et Israël. Seuls, les Etats faisant partie du BRICS ou qui viennent en demander l’adhésion échappent à leur pouvoir malfaisant. L’OTAN étant, pour les mondialistes, leur balai à chiotte.


Et, voir l’Iran possiblement accéder à l’arme atomique est une lourde déception. En renversant le Shah d’Iran Pahlévi, les USA espéraient que ce pays serait plus docile. Ils ont perdu un allié de poids dans la région, et surtout, ils l’ont fait basculer dans le BRICS. Mais pourquoi l’Iran se priverait de l’arme atomique alors que l’Arabie Saoudite et Israël s’en sont munis ? N’y a-t-il pas la nécessité d’un équilibre des forces dans cette région hautement fragilisée surtout avec la disparition de Saddam Hussein pour l’Irak et Kadafi pour la Lybie. Encore faut-il compter avec le déplacement d’alliance de l’Arabie Saoudite vers le BRICS ainsi que l’Indonésie.


Si la possession d’une arme de destruction massive est un péché en soi, il convient, dans le contexte actuel, de faire preuve de bon sens, et de ne pas tomber dans un angélisme ravageur. L’Eglise n’est pas spécialiste en stratégie géopolitique ni militaire. L’idéal est toujours à atteindre, mais sur ses deux jambes.


Il est certain que des hommes et des femmes manipulés au nom d’une religion sont facilement instrumentalisés. Il est probable que, parmi les épreuves qui nous attendent, dans le cadre de la purification, il y aura des hordes de malandrins qui, sous couvert de religion, se désaltéreront du sang de leurs pseudo ennemis.


Des esprits malfaisants créent des oppositions frontales entre les civilisations, entre les religions afin d’affaiblir les confessions monothéistes dont les membres peuvent s’opposer efficacement aux puissances du mal, au mondialisme.


Toutes les puissances du Malin s’ordonnent à la satisfaction ultime de faire échec à Dieu. Et, malheureusement, peu de frères dans la foi, peu de frères dans le monde des justes ne semblent en prendre conscience. Ceux qui se prêteront aux œuvres de violences connaîtront un jugement sévère. Ils ne seront pas justifiés devant Dieu.

Notre manque de foi, de charité, d’amour de la vérité nous vaut de tels châtiments, il est encore temps d’obtenir leur atténuation. Quelle effroyable responsabilité pour la hiérarchie catholique : responsable d’une pastorale infructueuse, et d’une sourde mais bien réelle apostasie. Ils font du Peuple de Dieu un holocauste pour le bon plaisir des mondialistes.

C’est aux laïcs que tenir ferme la foi et la barre de l’Eglise. Osons être des saints.





Pierre-Charles Aubrit St Pol



____________________________________________ [1] Tous les attentats de cette période ne sont peut-être pas à mettre sur le dos des intégrismes musulmans ; il n’y a plus de doute maintenant que bien des puissances démocratiques ont aussi ordonné des attentats pour de sordides intérêts dont le premier d’entre eux était de mettre l’Europe Occidentale dans un grand embarras au seul profit de l’OTAN balai à chiotte des USA et de l’état profond.

99 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout