LE MASSACRE DES SAINTS INNOCENTS















LE MASSACRE DES SAINTS INNOCENTS


(texte de P. C. Aubrit Saint Pol)


L’Église positionne la commémoration des Saints Innocents entre les mémoires de saint Jean l’évangéliste, le rédacteur de l’Apocalypse et, la Sainte Famille. Une position liturgique remarquable puisque cette mémoire a une charge prophétique qui aura son accomplissement dans la réalisation de l’Apocalypse : la purification de l’Eglise et du genre humain.

Le massacre des saints Innocents est un fait historique. Cet évènement renvoie les politiques à leur responsabilité en matière d’éthique soit : le respect du Droit naturel et de la Loi naturelle.

Le roi Hérode le Grand considéra qu’il ne pouvait y avoir deux rois sur Jérusalem, sa peur de perdre son trône qu’il avait usurpé le poussait à ordonner l’extermination de tous les enfants de Bethléem jusqu’à trois voir cinq ans. Leur sang versé était, pour ce despote, un gage contractuel entre lui et l’enfer qui consoliderait son règne.

De l’antiquité à nos jours modernes cette pratique s’est poursuivie, l’histoire successorale des Ottomans nous en donne une réalité stupéfiante. La figure d’Hérode reste très contemporaine, car rares sont les hommes politiques qui mettraient en danger leur carrière, en inscrivant dans leur programme le retrait de la Loi qui autorise l’interruption volontaire de grossesse, en France elle fut soutenue par Madame Simone Veil de très triste mémoire alors qu’elle sortait des camps nazis et à la demande d’un homme qui reçut une solide formation de doctrine catholique, mais n’hésita pas à promettre la dépénalisation de l’avortement entre les deux tours de scrutin pour assurer son élection. C’est la première fois qu’un homme politique français et supposé catholique conclut sa carrière sur la promesse d’un holocauste d’innocents et ce, lui aussi, après avoir connu les horreurs de la Seconde guerre Mondiale. Je veux parler du président Valéry Giscard d’Estaing qui établit un contrat de sang pour satisfaire à ses ambitions politiques, donnant satisfaction aux loges maçonniques, ce contrat sera renforcé par le président Mitterrand qui, par l’impôt et l’allongement des semaines, fera du peuple de la république un acteur de cet holocauste. Mais il était normal que la république née dans le génocide du peuple Franc s’achève dans celui des innocents, tous les présidents qui succéderont à Giscard d’Estaing prennent leur fonction dans ce sang pur.

Ce contrat de sang est aggravé par les lois transgressives multiples que fait voter le législateur : de la loi Neuwirth sous le président De Gaulle jusqu’à la Loi de Bioéthique qui permet les manipulations génétiques dont le clonage reproductif humain, les chimères ; le mariage pour tous et bientôt l’euthanasie… et tant d’autres qui font la guerre à la famille comme les réformes des aides sociales.

Les actes d’Hérode s’inscrivent dans un torrent d’ondes qui forment un champ morphogenèse dont les fondations sont celles des sacrifices humains depuis le crime de Caïn sur son frère Abel le Juste, ils sont toujours pratiqués de nos jours, ce qui explique bon nombre de disparitions inexpliquées et définitives. Dont les réseaux pédophile-sacrificiels.


Nous pouvons tirer deux évidences de nos politiques aujourd’hui : la première est qu’ils entrent dans la filiation hérodienne, comme lui ils établissent un contrat de sang pour satisfaire à leur carrière ; mais également leur ambition les inscrivent dans la filiation de Nabuchodonosor, car leur ascension est trop souvent le résultat de leurs péchés, de leurs vices et comme pour ce roi chaldéen, Dieu se sert d’eux pour faire triompher sa justice pour beaucoup et sa Miséricorde pour une multitude, mais cela ne leur donne aucune légitimité et d’une manière ou d’une autre ils auront un sort final identique à ce roi.


La mémoire des Saints Innocents a un écho dans ce passage de l’Apocalypse : « Après cela, je vis une foule immense que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue. […] Alors un des vieillards, prenant la parole me dit : Ceux que tu vois revêtus de ces robes blanches qui sont-ils, et d’où sont-ils venus ? » Et il me dit : « Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation ; ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau. » (Ap. 7, 9-14). Ces versets concernent toutes les victimes à qui on a volé leur vie soit à cause de leur foi, soit pour satisfaire aux ambitions immondes.

Le mot « INNOCENCE » provient du verbe noyer qui a pour racine ind.-euro. nek- et nok qui a sens de causer la mort de quelqu’un ; ce qui donna en grec nekros mort et nekroûn faire mourir. L’innocent est celui qui n’est pas coupable, mais que l’on sacrifie. C’est l’innocence combattue, rejetée parce que le mauvais veut que tous lui ressemblent et le rejoignent ; c’est le fondement de la séduction de Lucifer et de la mission de Satan. Derrière ce mot, il y en a un autre qui fait trembler l’enfer : pureté qui vient de la racine latine purus, celui qui est sans tache, sans souillure. L’innocence et la pureté vont souvent ensemble, ils font peur à notre époque décadente, alanguie dans la fange, la pureté doit disparaître, elle doit être immolée, souillée, profanée, car ne pas être comme le monde c’est témoigner contre lui, le renvoyer à sa conscience et cela, il ne le supporte plus tant l’emprise du mal est étendue sur lui. Les réseaux de pédocriminalité aboutissent toujours aux sacrifices d’enfants.

Voilà chers amis où nous en sommes arrivés au bout d’une modernité dont l’univers résonne d’un mot : Justice ! Ne cherchons pas ailleurs les causes profondes de nos épreuves actuelles, elles sont devant nos yeux, mais nous ne supportons pas qu’on nous le rappelle. Et pourtant, elles s’imposeront à nous.

0 vue