LA LUMIÈRE DE BETHLÉEM N°2 - #réconcilier notre mémoire#




SE PRÉPARER POUR #L’AVERTISSEMENT : Notre #Mémoire

( TROUVEZ EN BAS DE CE TEXTE LES RENSEIGNEMENTS POUR COMMANDER NOTRE #BULLETIN )

La période de l’Avent est propice à nous préparer à l’illumi­nation de notre conscience. Certes, la confession nous aide, mais selon ce que nous savons de cet évènement #théophanique, c’est qu’en plus de voir notre misère, nous verrons le péché du monde puis Lucifer en personne. Voir sa misère est une grande épreuve disait le saint #Curé d’Ars, mais voir celui du monde, découvrir à quel point notre orgueil nous a aveuglé est sans doute l’épreuve la plus redoutable pour ceux qui auront été en lutte contre la Révélation, alors que pour le fidèle cette épreuve sera beaucoup plus adoucie ; cette précision a été donnée par Jésus à #Vassula #Ryden.

Je vous propose un schéma pour nous y préparer : La réconciliation avec les générations de nos aînés. Une réconciliation de l’intérieur de notre mémoire, puisque c’est par elles qui nous sommes dans ce pétrin.

1− Une mémoire réconciliée :

Notre génération, celle qui fut conçue entre 1945 et 1950, est sollicitée par Dieu pour un impôt très sévère de réparation universelle comme l’enseignait le Pape saint #Jean-Paul II.

Elle a été sacrifiée de plusieurs manières. Nous avons été conçus dans les fumées des canons, sous la menace d’une extermination atomique, dans la peur viscérale d’un conflit probable, car pour nos aînés, la paix était un concept illusoire. Ce mal psychologique a imprégné son champ mémoriel inter-relationnel collectif et individuel, et il l’a conditionnée ; c’est pourquoi sa mission ultime est d’être immolée avec l’#Agneau dans le Présent du Père éternel et ce, pour tous ceux de notre génération.

a− L’après-guerre : une génération sacrifiée :

Nous sommes offerts à la Justice divine dans l’écho des guerres. Nous portons unanimement le salut de chaque aîné, cette charge a commencé dès notre conception. Nous le découvrirons lors de l’Avertissement, elle est une empreinte blessante de notre mémoire ontologique personnelle et générationnelle.

Nous sommes chargés des effets dévastateurs des péchés des siècles qui ont suivi la #Révolution, et dans le même temps nous assumons la mémoire du futur pour nos enfants et #petits-enfants. Nos descendants recevront la récolte des fruits surnaturels accumulés depuis l’Annonciation-Incarnation après quoi, il leur reviendra dans recueillir la fruition à l’aurore des temps renouvelés.

Notre génération, celle qui avait entre 18 et 25 ans en l’an 1968, est la mémoire-pont sur lequel passera la colère la plus sévère du Père éternel et le flot le plus abondant de la #Miséricorde de Dieu le Fils, #Jésus-Christ. Mais si nous n’acceptons pas d’être cela, si nous ne répondons pas dans cette forme à ce rendez-vous, nous nous marquerons du chiffre de la bête, nous serons retirés du Livre de la Vie.

Il y a un an de cela, j’avais dit que notre génération jouissait de la retraite pour répondre généreusement aux grâces de sa mission: Prier, prier, prier. Vous comprenez pourquoi j’avais tant insisté. Et vous comprenez aussi pourquoi je me suis retiré des vidéos, car très peu ont su réagir ; je ne voulais pas charger davantage ceux qui furent indifférents à mon appel.Si aujourd’hui je reprends ce travail, ce n’est pas pour nous d’abord, mais pour nos enfants et petits-enfants qui vont avoir le droit de nous demander des comptes.

Le sens de notre vie, de toutes ces années d’épreuves plus douloureuses pour certains que d’autres, et parfois d’une intensité de souffrance qui dépassa l’entendement humain, ce sens dis-je se trouvera au cœur de la Croix si pour autant nous acceptons, dans une totale liberté du don, de nous laisser y enfermer, c’est la condition pour entrer dans le tombeau royal du Christ et y amener notre descendance. Arrêtons de toute urgence notre fainéantise, notre égoïsme et donnons-nous au Christ avant qu’il ne soit trop tard.


b- Identité de la faute de nos aînés :


Identifier les fautes de nos aînés est nécessaire si nous voulons en finir avec le poids de la #culpabilité, et celui d’un passé dans lequel tous les pouvoirs nous ont enfermés, alors que nous n’y sommes pour rien, et envers lequel nous ne devons pas même éprouver, exprimer la moindre reconnaissance ; car leur pseudo-victoire sur le mal nous vaut aujourd’hui un enfer.


Je ne dis pas qu’il ne fallait pas combattre un mal aussi épouvantable que le nazisme, mais le communisme l’était tout autant, et notre république génocidaire en était la matrice avec son #Siècle des #Lumières. Du point de vue morale aucun de nos aînés n’a été victorieux, car leur échec et de ne pas avoir su prévenir ces guerres, ces révolutions, et c’est à cause de leur péché individuel, celui d’avoir tourné le dos au Christ, à Dieu, de s’être engouffré dans les fausses mystiques des idéologies pour compenser la solitude intérieure résultant de leur rejet de Dieu, de leur foi, de leur culture chrétienne.

C’est bien-là le drame que notre génération porte, car ils nous ont chargés de leur culpabilité que jamais ils n’eurent la volonté de reconnaître. C’est une chape de ténèbres qu’ils nous ont imposée au moyen de leurs souvenirs des guerres, leur peur ne fût jamais tant la crainte d’un nouveau conflit, que la terreur qu’un jour on en vienne à leur demander des comptes sur leur prétendue victoire. La paix a toujours été pour eux synonyme de consommation.


Permettez-moi ici d’ouvrir une parenthèse : Le Pape saint Jean-Paul II fut et demeure notre Pape, il n’est pas seulement celui de nos enfants, mais il est surtout celui de notre génération, certes c’était notre aîné, mais il nous aura offert sans retenu son amour paternel. Mais l’avons-nous seulement reçu ?


c- Les #trente #glorieuses :


Les trente glorieuses furent le triomphe des faux monnayeurs en tous genres, l’escalator de notre désespoir actuel. Se refusant à toute remise en cause, à toute recherche de la vérité, nos aînés n’ont pas mis à profit cette artificieuse période pour construire en vu du Bien Commun. La paix, la justice, ils les ont soumises à leurs concupiscences, et nous ont oppressés par le poids de leur conscience mauvaise, ils nous ont livré leur sceau, deux films qui disaient tout de ce qu’ils étaient au fond d’eux-mêmes : LA #GRANDE #BOUFFE et #EMMANUELLE ! Ils nous ont donné-là leur véritable identité. Le scandale de ces films n’est pas tant pour ce qu’ils diffusaient, mais bien parce qu’il a été possible de les créer, c’est à cause de leurs péchés individuels et collectifs. Et aujourd’hui, après avoir rempli leur vente, il était logique qu’ils en viennent à vider celui de leur épouse et maîtresse de ce qu’il contenait de vie dérangeante.


Le pire dans cette effarante décadence, c’est qu’ils n’envisageaient pas que leur progéniture oserait rejeter leur projet de société, et quoi qu’il arrivât par la suite, #68, les hippys, ils nous ont bel et bien entraînés dans leur débauche, leur turpitude confortable… Leur vertigineuse médiocrité.


2− Le devoir de mémoire :


Depuis la Première guerre Mondiale, on nous impose le devoir de mémoire, et au moyen duquel, on développe un sentiment insupportable de culpabilité qui, à l’exemple de l’improbable Nicolas #Sarkozy, qui a voulu le démultiplier jusqu’aux générations futures pour consolider des pouvoirs qui n’ont qu’un objectif asservir tous les peuples.


Notre génération, nos enfants et petits-enfants n’ont rien à voir avec tous ces évènements, et l’histoire n’est pas une leçon de morale. Ces cérémonies commémoratives, la littérature mémorielle toujours corrompue et corruptrice ainsi que tous les arts contemporains sont autant d’handicaps, de barrières qui nous empêchent d’établir des relations d’amitiés sociales en assumant les différences ethniques, culturelles, religieuses en vue d’une fraternité fondée sur la recherche d’un Bien commun universel afin de faciliter la conscience d’un salut urgent et nécessaire ; nous sommes en ces temps dépourvus d’une recherche de Bien Commun, malgré les promesses des lendemains paradisiaques après tant de guerres.

Si nous voulons construire une société de paix, heureuse, il faut en finir avec cette macération nauséeuse, hypocrite qui ne sert qu’à maintenir un cache-misère sur la réalité de notre décadence universelle. Notre avenir n’est pas dans le passé, mais dans une mémoire réconciliée et porté au présent de nos réalités de telle manière que le Christ puisse à son tour l’assumer.

L’histoire témoigne de l’acte de l’homme, elle n’est rien, elle n’a ni philosophie, ni valeur morale, ni même valeur d’exemple.


Pour conclure ce premier volet, j’en appelle aux catholiques et aux chrétiens appartenant à une Eglise instituée, c’est-à-dire, ayant le pouvoir sacramentel.

Je vous demande lors de votre prochaine confession de demander pardon pour toutes les fautes commises par nos aînés ; d’offrir pendant 9 jours un temps de prière ou de sacrifice sous une forme ou une autre en réparation des péchés individuels et collectifs commis par eux, et de réciter pour nous les litanies du #Précieux #Sang afin que Dieu rompt tous les liens qui nous enferment par leurs fautes. Je recommande de le faire chaque mois jusqu’à Pâque. (à suivre)

Pour commander notre bulletin :

CREDIT AGRICOLE SUD méditerranée :

FR76 1710 6000 2105 8567 9500 181

(N’oubliez pas de retenir votre bulletin à l’adresse courriel: surleroc66@gmail.com)


Votre chèque à l’ordre de : ALLIANCE CHRETIENNE

Votre courrier à :

ALLIANCE CHRETIENNE

Pierre AUBRIT

18, AVENUE LOUIS TORCATIS

66000 PERPIGNAN

TÉLÉ : 06 41 40 14 68

190 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout