#L’HÉRITAGE DU PAPE St JEAN-PAUL II ?


de


#Pierre-Charles Aubrit Saint Pol



Une grande agitation se développe contre le #Pape François pour ses orientations pastorales et ses décisions de gouvernement. Nous déplorons un durcissement des positions dans toutes les sensibilités conservatrices et libéral.

Bien sûr, la renonciation du Pape émérite #Benoît XVI est une douleur. Elle cache une puissance prophétique qu’on aimerait ne pas ressentir, elle s’ajoute aux troubles alors, il faut un bouc émissaire, piège dans lequel je suis tombé. Et pour d’autres, l’élection du Pape François a fait naître des espoirs fantasques, on crut voir jaillir une Église réaliste au monde, collant au derrière. Déception, car l’image que l’on se fait de son Église n’est pas celle que Dieu se fait de son épouse.

Tout le monde est déçu, personne n’y trouve son compte sauf ce carré de fidèles qui, comme leurs devanciers du temps de la venue de Jésus savaient que le Messie ne serait pas autre chose que le #Serviteur Souffrant et, nous savons que l’Église de Jésus doit descendre au tombeau, se dépouiller pour renaître revêtue de la robe nuptiale johannique.

Mais quel est donc ce Pape ? Il ne nous donne pas de substance nourricière comme ces prédécesseurs, disait un religieux à un de mes amis. Là est la question ? Et quant à l’os, il lui est en amont et, nos frères les ânes s’en trouvent consolés.

L’Église, depuis les Papes #Pie XII à Benoît XVI a reçu la plus prestigieuse des nourritures, les problèmes d’aujourd’hui ont été soulevés par Pie XII, du Concile à Benoît XVI tous les aspects les plus pointus de la Doctrine ont été abordés souvent avec un élan prophétique inattendu. Qu’en avons-nous fait ?

Pendant trois ans et demi, tous le mercredi, le Pape saint Jean-Paul II le grand donna un catéchisme remarquable sur le corps, quel est l’évêque, le prêtre qui prit la peine de l’expliquer à ses diocésains, à ses paroissiens selon des cycles d’enseignement en chaire ? Quelles applications en n’avons-nous tirées ?

Oui, je comprends, mes questions dérangent oui, mais elles sont nécessaires pour comprendre le présent d’une Église qui s’apprête à affronter une lourde tempête, celle de la #purification et les colères du monde païen et transgressif mûrement orchestrées contre elle.

Le Pape François met en application quatre-vingts années d’enseignement que les quatre cinquièmes du peuple de Dieu ont ignoré, rejeté ; une hiérarchie qui s’est préoccupée du pou du monde et surtout comment ne pas trop lui déplaire ainsi qu’aux puissants ?

Non, le Pape François ne remet pas en cause l’héritage de J.P.II, bien au contraire il le renforce et l’applique. L’académie pour la vie et la famille a été dissoute, c’est une très bonne chose, car la quasi-totalité de ses membres, sous l’influence perverse du #Père Marie-Dominique Philippe, de Le Méné, de #Tugdual Derville ont contré les enseignements de J.P.II au sujet du clonage, de l’animation, car ces traîtres ont servi les pouvoirs d’alors, entrant dans une logique de répression, de persécution contre ceux qui, seuls, défendaient la vie, la vérité en droite ligne de la vocation initiale de la communauté de Saint Jean.

Quant au mode de gouvernement de l’Église et, en tant qu’État souverain, François nous donne une leçon de courage moral et politique d’une hauteur que nous ne connaissons pas de nos responsables civils. Il suffit de considérer de quelle manière il a affronté les drames de la pédophilie. Aucun pouvoir politique n’a eu cette lucidité, ce courage, c’est si vrai, que les médias n’osent plus en parler tant la fermeté de François a fait trembler, car dans l’affaire #McKarick, on craignit qu’on ne remonte jusqu’à des personnalités immondes et leurs pratiques rituelles qui relèvent des antiquités les plus sombres et que nous donnent à voir l’ombre ceux qui nous gouvernent.

121 vues