top of page

LE PETIT MOT de Pierre-Charles Aubrit St Pol







LA GÉNÉRATION DE LA PEUR ET DE LA MÉDIOCRITÉ …

 

Les rats des villes oppressés s'agitent par crainte de disparaître dans les oublis d'une histoire qui a en mains la justice des ombres. Voici, des vieillards enfantins, atteints d'une "méno-andropause" asséchée, bataillons de politiques et courants d'une Gauche sans droite et d'une Droite sans gauche, qu'ils s'effarouchent d'une liberté que garantie notre constitution. De toute part, sous l'oppression de crises successives d'arthrite, ils pressent les autorités à restreindre la liberté d'expression. Ils s'en prennent à tels médias dont l'effort de rigueur intellectuel et de pluralisme est louable ou à la technique internet qui favorise cette même liberté. Que ne dit-on au prétexte d'un complotisme menaçant ! Alors que les 95% d'informations sont irréprochables de vérité, sachant que les 5% restants sont dans les mains des seigneurs des douves nauséeuses du mondialisme et des ténèbres fraternelles.

Au loup ! Au loup ! Restreignons internet ! Ce que s'écrie cette égérie bouffie d'ennui. Elle se rappelle au César vacillant. Visant là et par là un possible portefeuille pour un autre gouvernement, car celui-ci se condamne à la chute verticale, pour une fois.  Elle qui sut si bien se nourrir d'un fromage néerlandais tiré des fonds de cuves creusois. Elle n'a pas vu qu'il est des automnes qu'il convient de ne pas franchir par prudence d'un hiver au fleuve rouge, car pour la rose, ses pétales du plein été ont la grâce de l'éphémère.

Ils ne savent pas qu'ils marchent contraints par la succession d'actes imbéciles et sans honneur vers un rendez-vous accomplissant ce que la Providence contient de mesure de justice. Ainsi, à part égal avec l'Ancien Israël, miroir de notre présent, tout va à sa consommation. Et tel un fleuve tranquille se gonfle d'affluents pour alimenter une tempête qui, hélas, pour nos Césarion, se doit d'être consommée, et ouvrir la liberté aux méprisés du monde.

Il y a peu, un amiral a rendu son âme à Dieu, espérons qu'il ne l'aura pas rendue à la cinquième constitution ! Et voici que se serviteur de la grandeur de la France, voit de l'Élysées, que sa parenté a accepté les hommages d'un pouvoir qui n'en mérité aucun. Qu'allait-il faire dans cette galère posée sur son lit de pavés ?

Il est des actes prophétiques ! Ils dessinent la conclusion d'une séquence de l'histoire… L'oraison mortuaire laïque pourrait fort bien avoir achevé de creuser la tombe d'une vieille fille qui n'a jamais su se donner, et qui ne se sera jamais satisfaite du sang de ses enfants… Les Invalides ne sauraient rendre au pouvoir une validité qu'il n'a jamais eu. La république se meurt, vive le roi !

91 vues0 commentaire

ความคิดเห็น


bottom of page