top of page

ESPOIR POUR LA FRANCE de P. C. AUBRIT St POL

Les cris d'espérance du peuple de français sont : "Mont-joie Saint Denis » et « Noël ! Noël !"





CATHÉDRALE DE REIMS



ESPOIR POUR LA FRANCE



Les cris d'espérance du peuple de français sont : « Mont-joie Saint Denis » et « Noël ! Noël ! »


Notre peuple, notre patrie souffre. Nos ennemis sont tout aussi redoutables à l'intérieur qu'à l'extérieur. Certains sont français de souche.

Le Français fidèle vit un exode dans son pays comme il le vit dans l’Église.

Oui, il y a plus de raisons de s'inquiéter, de se décourager, d'abandonner, de se détourner de toute pratique religieuse, de se révolter contre Dieu. Nul ne comprend ce qui se passe ! Dieu nous a abandonné! Et nous, depuis combien de temps Lui tournons-nous le dos ?


Notre nation est née dans l'intention de Dieu. Ses frontières naturelles sont surnaturelles.Elles ont été tracées par Melchisédech, le prêtre roi. Personnage mystérieux qui remit à Abraham le pouvoir sacerdotal et royal tombé des mains d'Adam.


C'est dans les aurores de la Providence, voilée par les brumes à peine déchirées de l'aube chrétienne que la France reçue sa mission de Jésus-Christ lors de sa montée vers Jérusalem. La France ouvre son histoire en tant que Nouvel Israël. Sa mission suspendue avec la mort du roi Louis XVI reprend dans la nuit des souffrances et du sang innocent.

Aujourd'hui, mes amis, il faut entrer en résistance. Un combat extérieur qui n'a de fruits que s'il est mené également à l'intérieur de nous-mêmes. Réapprenons à dire non aux compromis que sollicite ce monde.


Nous écrivons une page conclusive de notre histoire, elle est éclairée par les lumières eschatologiques. L'encre est notre fidélité à notre baptême. Le cahier est dans le sanctuaire formé par les trois Cœurs Unis de Jésus, Marie et Joseph. Notre victoire est la leur. Il nous faut vouloir vivre à l'intérieur de leur unité. Le refuge du pauvre.

Je comprends, qu'il soit difficile pour beaucoup de comprendre ce langage. Prions, faisons silence dans notre cœur, et nous comprendrons notre place et les raisons de ces événements. Donnons-nous le temps de réapprendre la France et de la France.


Le combat que le résistant mène ne peut triompher sans la Dame revêtue du Soleil. C'est un combat surnaturel. Nous ne pouvons que nous appuyer sur les vertus et non sur les valeurs qui n'ont aucune racine dans l'ordre du bien et de la vérité. Car le grand oublié est la recherche du Bien Commun.

Notre espoir s'accouple avec la vertu d'Espérance. Elle jaillit tel un chevreau du fin-fond de nos marais brumeux, insalubre. Sa source intacte est le baptême de Clovis. Le pacte de Reims nous donne la légitimité de notre résistance.


Les puissances infernales et leurs suppôts en connaissent bien mieux que le peuple les enjeux. Ils n'aiment pas la France. Ils veulent la détruire. Mais lors du baptême de Clovis a retenti le Magnificat, ce cantique de Marie avec ce versé : « Il a renversé les puissants de leur trône, et Il a relevé les humbles. » Le Magnificat est le programme de tout résistant.

Nous sommes pauvres, écrasés, humiliés, ignorés, rejetés. Mais nous sommes les élus d'une Providence qui nous nimbe de ses lumières. C'est notre dépouillement, notre faiblesse, notre pauvreté qui donnent la victoire sur un monde injuste, haineux, égoïste, immoral, sans Dieu.


Il ne sert à rien de nous en prendre aux personnes. Elles ont déjà leur récompense. N'ont-elles pas quitté le Bien Souverain pour un plat de lentilles !


Faisons notre devoir par amour et dans la vérité. Laissons aux fils des ténèbres, aux caïnites leur haine, leur folie meurtrière, leur trahison. Ils ont perdu. Ne soyons pas de leur péché. Prions pour eux, ils ne pourrons pas nous accuser au tribunal divin.


Ne craignons pas d'être français, de la France. Assumons notre histoire, ne lui tournons pas le dos, ne la rejetons pas. Ne craignons pas d'être catholiques.

Nous sommes le Nouvel Israël.


123 vues1 commentaire
bottom of page