LETTRE OUVERTE A MON FRÈRE DANS LA FOI : MARIE CO-REDEMPTRICE - LA PERSEVERANCE P. C. A. St P.






Mon frère Gary,

Tu m’as bombardé de questions au sujet du dogme de Marie Co-rédemptrice et de son triomphe annoncé. Ton impatience se justifie, car tu vis ton engagement baptismal avec générosité et droiture. Être chevalier des trois Cœurs Sacrés, c’est être de l’armée de la vertu, celle qui se donne à la victoire de la Reine Marie et du Roi Jésus. C'est être dans la grâce de Bethléem.


Ton impatience te fait voir la problématique de Marie Co-rédemptrice à l’envers, c’est-à-dire par le bas ; tu es convaincu comme beaucoup, et dont je me comptais jusqu’à peu, que puisque Marie est Mère de Dieu, et qu’elle a tant souffert, nécessairement elle est Co-rédemptrice. Tu as raison, Marie est Co-rédemptrice. Mais le problème n’est pas qu’on en doute, mais que sa définition dogmatique soit très difficile, et obéit à des critères, que du point de vue du bas, on ne peut voir puisqu’on est davantage dans l’affect que dans la science et la raison.


En effet, en l’état des recherches, nous n’avons ni les moyens, ni les instruments pour le définir, car il faut dans un premier temps expliquer les quatre assomptions de Marie qu’elle a vécues entre la Conception Virginale de Jésus et son Assomption proprement dite. Le Père Guérard des Lauriers a bien balisé le travail métaphysique sur les quatre assomptions, mais ce n’est qu’une ébauche, et personne, à ce jour, n’est en mesure de reprendre ses travaux qui sont considérables. Dans un deuxième temps, il importe de reprendre les recherches des fondateurs de l’École Française de Spiritualité au sujet de saint Joseph. Pour tous ces travaux d’études, il nous faut des philosophes formés à la philosophie spéculative, et à la théologie mystique, le travail du théologien dogmatique viendra bien à la fin. Mais il faut surtout que les Églises d’Orient et d’Occident se réunissent, retrouvent l’unité originelle, car ce dogme est pour l’après purification, après le triomphe du Cœur de Marie. Il se pose aussi la question de la nécessité surnaturelle et pastorale du point de vue du Ciel et de celui de l’Église militante. Que ferons-nous des fruits de ce dogme ? Quelle est leur place dans l’économie du salut ?


Nous devons, mon frère, demander la grâce de poser notre regard de l’intérieur des trois Cœurs Unis et Sacrés, trop de choses nous échappent parce que nous ne savons pas voir, et que notre impatience cache souvent la difficulté d’intégrer dans notre réflexion, le concept de l’Inconnaissance du réel et du révélé. Nous n’arrivons pas saisir une vérité qui est à portée de main parce que nous oublions ou ignorons cette donnée essentielle de l’Inconnaissance.

Mais, il y a une chose très importante, que le Pape François ne cesse de nous rappeler, de nous enseigner, c’est le Sensus Fidei du Peuple de Dieu ; c’est lui qui porte ce dogme à bout de bras, et il triomphe toujours de l’autorité du Ciel et de la hiérarchie… Il est porteur à égale importance avec la hiérarchie instituée de la Vérité et de son Inconnaissance.

Mais sache, mon frère très aimé, que ce dogme, une fois défini, proclamé, couronnera l’ouverture d'un nouveau cycle de l’histoire du salut. Cette attente ne remet pas en cause le triomphe de Marie sur les puissances du mal, son Cœur immaculé et transverbéré en est le siège. Il est notre triomphe. C’est dans ce lieu béni que s’abreuve notre espérance pour ces temps.


L’espérance ne se résume pas seulement à tenir pour acquises les promesses de Jésus que l’on touchera au Ciel, car l’un des possibles de cette vertu théologale est la persévérance dans la foi. C’est ce que signifie le cinquième mystère glorieux, mais elle n’est tenable qu’à la condition de se donner à Jésus par Marie, cette donation de toi-même est toujours faite au pied de la Croix ; Marie en est la parfaite illustration, s’il est important de se mettre sous son manteau, il l’est davantage d’entrer dans son Cœur Immaculé et Transverbéré, et le chemin pour y parvenir c’est saint Joseph, qui en fût le premier hôte, et par le Cœur de Marie s’enfouir dans la Plaie du Cœur Glorieux de Jésus. Le fruit de cette démarche surnaturelle t’évite de t’exposer au mal, de n’être vu ni de lui, ni de le voir en tant que puissance motrice des désolations. Les acteurs du mal ne voient que le mal. Si tu ne veux pas être vu par eux, ne les regarde pas, car poser un regard sur eux, c’est leur témoigner une certaine complaisance, rappelle-toi de quelle manière Eve s’est exposée à la tentation.


La persévérance dans la foi et par tes œuvres t’introduisent dans le triomphe de Jésus-Christ, le Roi de l’Univers, par Marie, l’Immaculée Conception. Mais ne néglige par saint Joseph, c’est par lui que le Ciel pourvoit envers ses fidèles persévérants en cette période difficile.

Il faut entreprendre une certaine purification en soi :

- Fermer son téléviseur – purifier son regard.

- Refuser d’être inondé d’informations et du bruit – purifier l’ouïe.

- Être sobre – purifier le goût.

- Prier en priorité et contempler pour servir, témoigner et enseigner la vérité – purifier l’intellect.


C’est pour le laïc un programme à tenir qui le maintiendra dans la bienveillance de Dieu, et Le laisser nous amener à la sainteté.

Le triomphe de Marie, c’est inviter Jésus, Marie et Joseph à marcher avec toi, à respirer avec toi, à travailler avec toi, à dormir avec toi. C’est le petit enfant qui donne la main à ses parents, Jésus veut cette disposition. Observe bien qu’on est très loin d’une religion guimauve, elle fait appel à une virilité assumée en ces trois Cœurs Sacrés, c’est la viridité de sainte Hildegarde. Tu le sais Jésus se complait dans ce qui est petit, misérable… Il est venu pour nous.



82 vues0 commentaire