LETTRE A MON FRÈRE DANS LA FOI : La brunante des dieux n° 5



Chers Alain et Aleth,

Nous concluons cet échange épistolaire sur la fin des dieux.


L’exposé qui suit énumère des évènements contemporains liés à d’autres qui se sont déroulés dans l’antiquité. Ils ne sont pas le fruit du hasard, mais la volonté de Lucifer aidé par des affidés parmi les hommes, développant une mécanique d’une extraordinaire efficacité dans l’œuvre du mal. Ces conflits contemporains – du dernier quart du XVIIIe siècle à notre époque – s’alimentent dans les champs mémoriels interrelationnels très anciens et si présents, car leurs rayonnements toxiques se prolonge jusqu’au retour du Christ, le fils de l’Homme venant sur la nuée.


A la veille d’entrer dans l’Age-moderne, il y a eu une période transitoire, la Renaissance. Elle a ses racines dans les champs mémoriel interrelationnels formés par les pratiques démoniaques, lucifériennes de la civilisation mésopotamienne et ses tours dont celle de Babel, la civilisation égyptienne et ses pyramides et les sanctuaires helléno-macédoniens avec leurs temples et leur rayonnement culturel, intellectuel distingué par une liturgie littéraire, théâtralisé. Il s’agit d’une continuité malfaisante qui a ses fondations dans les agissements de Cham et de Cam, fils et petit-fils de Caïn.[1]


Décrier le Moyen-âge et l’opposer à la Renaissance est une contre vérité, un mensonge idéologique produit par les Lumières et la troisième république. Le Moyen-âge a été le temps d’une explosion intellectuelle, artistique et scientifique qui a préparé le Renouveau rendu possible par une ascèse intellectuelle, artistique, spirituelle épurant, convertissant les meilleurs apports de la civilisation grecque qui transmet les fondamentaux des deux empires : Mésopotamien et égyptien, ce qui a rendu possible l’Age-moderne. Mais à cause du courant nominaliste dont l’une des figures emblématiques aura été Guillaume d’Occam qui a combattu Thomas d’Aquin, affirmant qu’il était impossible de comprendre Dieu au-delà de sa Révélation, c’est-à-dire, lui et ses collègues ont rejeté la métaphysique de saint Thomas donc celle d’Aristote privilégiant Platon et le néo-platonisme. Ils ont ouvert les portes à des possibles intellectuels inversés.

La Renaissance devenait une opportunité au retour de la culture néo-païenne non-épurée, et grandement facilité le triomphe de l’argent ce qui jeta les bases du capitalisme, ce qui produit une gigantesque faille dans la société chrétienne ; une tragédie d’autant plus puissante que des familles juives converties (marranes) faussement à la foi catholique, comme les Médicis, s’introduisirent dans les plus hautes sphères du pouvoir y compris sur le Siège de Pierre. Ces familles étant dans la filiation de la synagogue noire, renforcées par les Khazars avec la complicité de catholiques.


Le XIXe siècle est une période décisive, il stabilise par les guerres la révolution de 1789 est ses idéologies, et met en mouvement les stratégies mondialistes opposant les fils du bouc aux fidèles de Dieu. A l’intérieur de cette stratégie, il se distingue une cadence de 2160 années, appelée à tors, la cadence Albert Pike[2]. Elle était connue avant lui, comme je le démontrerai concernant la révolution de 1789, qui est essentiellement une guerre antichrétienne. Nous sommes en présence d’une transmission continue du savoir du mal depuis le Déluge noétique. Nous arrivons au paroxysme de cette lutte. Le péché originel d’Adam et Eve est au cœur de notre présent, puisque selon saint Bonaventure s’il est vrai que Jésus est au début et à la fin de l’histoire, Il n’en est pas moins le centre, car l’œuvre rédemptrice ne s’achèvera historiquement qu’à son retour.


1- La Renaissance amorce le repli de la culture chrétienne en faveur d’un néo-paganisme qui se couvre d’élégance artistique, mais qui n’en sera pas pour autant moins cruel. C’est le nominalisme qui en est la cause. Il est responsable du schisme de la Réforme-protestante qui sera consommé en 1517. Il a pour champ mémoriel interrelationnel, le schisme issu de la séparation entre le royaume de Samarie et le royaume de Judas[3] sanctionné par la construction d’un second temple, ce que YHWH avait strictement interdit.

Considérant que l’Age-moderne commence avec la chute de Byzance en 1453, son champ mémoriel interrelationnel est celui de la chute de Babylone au tour de 705-710av. J. C. Le retour de la culture païenne confirme la filiation inversée avec l’antique Babylone et sa Tour de Babel et le rejet du message évangélique.

Ce n’est pas peu que de considérer les apparitions de Quito (1599-1634) en Équateur au cours desquelles la Sainte Vierge annonce les événements de Mai 1968 avec une étonnante précision. Ne voulait-Elle pas prévenir des effets néfastes de la Renaissance ? La découverte de terres nouvelles en est le fruit, car s’il fallait que le Nom bénit du Christ soit proclamé sur toute la surface de la terre, il fallait que l’impérialisme luciférien soit étendu de la même manière pour la confusion de tous, les Écritures devant s’accomplir.


2- La première cadence de 2160 années est la révolution de 1789 qui n’est pas française, quand bien même s’est-elle déroulée en France avec des acteurs français. Ce sont les puissances antichrétiennes organisées, financées de la Prusse, de l’Angleterre et de la Hollande qui ont permis sa mise en pratique, en rachetant en sous-main les greniers royaux, provocant la famine. Le champ mémoriel interrelationnel de cette révolution est la chute d’Athènes en 317 av. J. C. qui amènent la tyrannie (les Trente Tyrans) à l’issue des guerres du Péloponnèse. C’est la fin de la puissance grecque[4], et par résonance, celle du rayonnement chrétien de la France, malgré le sursaut au XIXe siècle avec les grandes missions. Les épiscopats vont adhérer aux principes de la révolution puis à la république maçonnique et laisser les infestations d’un humanisme antichrétien s’infiltrer dans la mentalité chrétienne et dans la vie pratique.

En 1789, le prussien Martin Heinrich Klaproth découvre l’uranium, il sera utilisé pour donner une fluorescence aux verres, vases et émaux. L’empire anglo-saxon, lié à la révolution de 1789, introduit l’arbre de mort dans les sciences, les intentions inversées s’amorcent avec l’exaltation de l’intelligence de l’homme, de sa toute puissance, cette situation annonce les désastres en cours.


3- La troisième cadence est la guerre de Crimée 1853-1856, qui aura été très cruelle, un désastre prémonitoire quant aux conflits qui lui succéderont. Elle a son champ mémoriel interrelationnel dans la première guerre punique menée contre Carthage en 307 av. J. C. par Agathocle de Syracuse.


4- La quatrième cadence est la guerre de 1870, proclamation du Saint Empire Germanique à Versailles, inversion de l’Empire de Charlemagne, anticatholique, anti-romain. Son champ mémoriel interrelationnel est celui de la construction du Phare et de la bibliothèque d’Alexandrie en 290av. J.C. période où toutes les religions dans cette région semblent se valoir. Mais le phare d’Alexandrie est l’exaltation du génie de l’homme, sa correspondance morphique est le symbole et l’explosion de l’industrialisation, la domination du fer, les ruptures sociales, la dictature du capitalisme sous ses deux aspects à venir[5]. C’est la culture de l’engrangement, l’amoncellement, la naissance d’un nouveau mode de servage, le début des grattes-ciels. La domination de la bourse – la cloche – qui se relie à la symbolique de la pyramide babylonienne. L’impérialisme moderne renverse l’ordre chrétien qui est la loi et le droit naturel avec le souci du pauvre.


5- La cinquième cadence est la première guerre mondiale 1914-1918 son champ mémoriel interrelationnel est la troisième guerre de Syrie ou de Laodicée 246-241 menée par les Ptoléméens contre les Séleucides qui poursuivent la pratique consistant à consacrer les victimes aux idoles soit aux démons, ce qui est courant dans toutes les cultures chamaniques dont les macédoniens ce qui revenait à des sacrifices humains. Mais avec Alexandre le Grand, elles ont une amplitude universelle.


6- La sixième cadence est la seconde guerre mondiale 1939-1945 son champ mémoriel interrelationnel est la quatrième guerre en Syrie entre les Séleucides et les Lagides en 221av. J. C.

L’usage de la bombe atomique sur le Japon a son champ morphique par la guerre de Qin Shi Huang en 215av J.C. contre le peuple de Baiyue et les tribus Xiongnu ; la Chine d’alors et celle d’aujourd’hui est l’empire chamanique (Cham) qui consacre ses victimes aux idoles (démons). Surtout, cet empereur, il sacrifiera une grande partie de sa maison pour le suivre dans la mort. La Chine reste culturellement et religieusement et ce, malgré le bouddhisme et le communisme, liée à Babylone, c’est une société chamanique.


Mais plus près de nous, la guerre de Yougoslavie 1991- 2001, a son champs mémoriel interrelationnel qui est la sixième guerre de Syrie 170-169 Antiochos IV, avec le siège à Alexandrie où règne Cléopâtre qui fait appel aux romains. La guerre de Yougoslavie pouvait être évitée, mais il fallait que l’Europe soit affaiblie durablement, la rendre totalement dépendante de l’OTAN, instrument du mondialisme.

En 2003, débute l’opération Liberté irakienne, son champ mémoriel interrelationnel est la révolte des Macchabées contre la présence des Séleucides en Judée 157 av. J.C. Or, nous savons que cette guerre injustifiée, basée sur des mensonges, a été demandée par les Juifs de l’Etat d’Israël – dirigé par les Khazars –, mais là, il s’agit d’une inversion, en vue d’éliminer les chrétiens de la région qui sont les meilleurs garants et défenseurs de l’identité nationale donc un danger de résistance contre le mondialisme. Henry Kissinger n’est pas étranger à ce conflit.

Comme nous le constatons, il y a une cadence morphique inversée dans les grands évènements historiques, une cadence qu’a voulu reprendre Kissinger à partir de 2010, il s’agissait d’entraîner la Russie dans un conflit de telle manière qu’elle s’affaiblisse et soit une proie facile pour les décideurs du mondialisme.

Toutes les lois portant atteinte à l’ordre voulu par Dieu ont leurs racines dans les Lumières et la révolution de 1789, mais leurs racines s’alimentent dans le champ mémoriel interrelationnel de Babylone, d’Égypte, de Grèce. C’est surtout visible dans les empires économiques et financiers symbolisés par les tours, grattes-ciels.

La loi sur la contraception, dite loi Neuwirth, son décret a été signé et publié au journal officiel, le jour de la célébration des Saints Innocents, et bien des lois mauvaises ont été, intentionnellement reliées à des fêtes religieuses en vue de l’inversion de la Loi et du Droit naturel. La Loi de bioéthique a été adoptée au parlement en dernière lecture le 6 août 2004, fête de la Transfiguration de Jésus et son décret signé et publié le lendemain, fête du Père éternel ; mais cette loi, après approbation du Conseil d’État au nom du peuple français, a été transmis au Président Chirac le 25 décembre 1999 à midi, le lendemain s’élevait la plus formidable des tempêtes : l’ouragan bombe, Lothar et Martin.

Il y a bien une volonté transgressive contre les lois de Dieu Créateur et contre la Rédemption, le salut proposé à tous les hommes.


La date de la purification a été fixée lors des apparitions de Garabandal, elle ne changera pas ; ce qui change c’est la compression du calendrier pour tout ce qui concerne l’espace qui est au Prince de ce monde, mais pour le temps, il appartient au Rédempteur et à ceux qui lui sont fidèles.


Cette évolution historique passe par le politique, l’acte social tant pour le mal que pour la miséricorde ; mais il s’affirme de plus en plus, et le Ciel confirme, que l’accomplissement des temps verra le triomphe du mal, et sa fin viendra de son propre mouvement. La roue révolutionnaire, sa mécanique implacable, implosera, et c’est la France qui en sonnera le glas.


L’Église n’y a pas une petite responsabilité. En 1972, le Pape saint Paul VI affirmait que les fumées de Satan étaient entrées dans l’Église, il avait raison, et savait de quoi il parlait. Car, en cette année-là, était signés les décrets qui entérinaient les réformes liturgiques, mais surtout sacramentelles, et contre lesquelles, il ne put rien faire. Ces réformes, dont le principal rédacteur était l’influent Mgr Bunini, franc-maçon avéré, introduisent des failles (Meshomes) dans les rituels qui, certes sont palliées par la grâce de suppléance, temps qu’il y a des évêques consacrés selon l’ancien rite et dans l’intention de l’unité de l’Église, ils sont un peu moins que vingt. Mais il n’en demeure pas moins que ces failles et le non respect des rubriques liturgiques contribuent fortement à l’état de délabrement de nos sociétés et à l’avancée foudroyante du mal et des troupes d’affidés de Lucifer. Le nier est un mensonge. De ce fait, l’opposition à la messe de rite tridentin, et la volonté explicite du Pape François de l’interdire dans le cadre diocésain[6], est incompréhensible même si certaines communautés traditionnelles ont abusé de leur position. La confusion qui règne au Saint Siège fait penser à la France sous l’occupation, Vichy ou Londres, le fidèle va devoir choisir Londres ; il en est de même au sujet de la prétendue vaccination. Le Pape François n’avait pas à intervenir, il aura produit un désastre, et fait de lui un complice objectif d’un des plus grands crimes contre l’humanité. Ce qui se passe sur le Siège de Pierre illustre les effets de ce Meshomes sacramentel.




Le triomphe de Marie

Les conditions premières pour recevoir la grâce d’être dans le triomphe des trois Cœurs Sacrés est d’être dans l’intention et la volonté divine ; surtout, il serait très dangereux de considérer le Ciel comme une inépuisable bonbonnière. Il faut collaborer aux grâces sanctifiantes, la Vierge Marie n’est pas la bonne fée.

C’est le Magnificat qui donne le la de ce que sera le passage de ce vieux monde au nouveau ; les apparitions ne sont que des pédagogies servant à nous préparer à ce temps de purification. C’est par l’Esprit Saint que Marie parle au monde puisqu’elle en est l’Épouse ; et c’est par Elle, par son Cœur Immaculé que la purification et le triomphe passeront. Elle est la Femme dans le soleil qui triomphe du prince du mal et de ses légions, un triomphe pour lequel les humbles sont appelés. Le triomphe du Ciel sera celui des pauvres de Dieu, ce que révèle l’ancien Testament comme le Nouveau Testament. Il est difficile de ce projeter dans le monde nouveau, mais on sait qu’il s’établira sur un renversement du principe d’autorité, ce que l’on désigne par renversement pyramidal : C’est le programme du Magnificat.


La recherche de la vérité pour un chrétien est nécessaire autant que la prière. En effet, ne pas considérer la recherche de la Vérité comme un commandement de nécessité au prétexte que la prière suffirait alors qu’on en a les moyens est une faute lourde. Il est important de faire une lecture eschatologique des évènements actuels, et de développer un culte marial éclairé qui consolide les liens avec Jésus et dans lesquels intervient le grand Saint Joseph, tous les Trois forment, de par leur Cœurs Sacrés et Unis, un sanctuaire, le premier et l’unique refuge quand bien-même faudra-t-il se réfugier dans des lieux physiques. Car ceux qui y seront admis, le seront en raison de leur dévotion à ces trois Cœurs Sacrés.

Le triomphe de la Dame dans le Soleil est certes celui de Jésus-Christ et de Saint Joseph, mais il passera par le Roi et le peuple des petits. Dieu veut la collaboration des hommes quels qu’ils soient, en vue de son retour glorieux. Son second avènement est tout aussi historique que le premier, ce qui induit la collaboration de tous les hommes de bonne volonté, mais bien plus encore le catholique et tous les baptisés appartenant à une Eglise instituée, qui a validement les sacrements. Les paroles de saint Paul : « …il n’y aura plus ni juifs ni païen, ni pauvre, ni riche, ni esclave…est une prophétie qui est entrain de se réaliser sous ne yeux. Nos ennemis le voient, le sentent, et tout leur échappe, c’est pourquoi ils se tendent vers une dictature.



___________________________________________________

[1]- Cf. Les Brunantes précédentes. [2]- Général anglo-américain qui fonda une loge satanique et restaurera les cercles druidiques qui inspirent les loges et autres sociétés antichrétiennes. Il était surnommé le pape noir en raison de sa puissance maléfique. [3]- Confirmé par Jésus en plusieurs endroits dont chez Vassula. [4]- La révolution de 1789 éclate 100 ans après la demande rejetée du Sacré Cœur de Lui consacré le royaume. [5]- C’est l’œuvre littéraire de Jules Verne qui en témoigne. [6]-Décision communiquée aux évêques de France lors de leur visite ad limita auprès du Saint Siège.

176 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout