LA LUMIÈRE DE BETHLÉEM N°3 - TOHU - BOHU

Mis à jour : janv. 27

Je joins ici un article rédigé par Mgr Schneider Athanasius au sujet du Motu Proprio concernant l’accès des femmes à l'acolytat, cliquez ICI


LE TOHU - BOHU : ICI VIDEO


Chers Amis bonjour,


J’aborde aujourd’hui trois thèmes :


1− la vaccination contre le Covid-19

2−la déclaration de la conférence des évêques de France au sujet des manipulations génétiques


3− le Motu proprio signé du Pape François instituant la femme à l’acolytat


1− la vaccination contre le Covid-19


Il y a en France le principe de précaution, il est légal, et il en existe un autre , universel celui-là, le respect de la personne, et donc de son corps, et la liberté de conscience.

Il est étrange que la liberté de conscience soit si sournoisement attaquée surtout en utilisant et en créant un faux sentiment de culpabilité alors qu’elle est la pierre angulaire de la démocratie ?

Le principe de précaution est ici amplement justifié, il induit de se poser quelques questions.

a- La fiabilité des vaccins proposés


Au vu de la rapidité avec laquelle les vaccins anti-covid-19 ont été trouvés. Il est légitime de se demander ci-certains d’entre eux n’étaient pas élaborés avant le déclenchement de la pandémie ?

Ce qui amène d’autres questions : Est-ce que la pandémie n’aurait pas été déclenchée à des fins purement financières à court et moyen terme ?

Et est-ce que cette manne proposée n’aurait pas été nécessaire pour l’exécution d’un projet plus malin à savoir : Le contrôle des populations et l’extermination des plus âgés afin de diminuer la supposée surpopulation.


b- Absence d’explication au sujet des causes réelles de la pandémie

Pourquoi à ce jour nous n’avons toujours pas d’explications scientifiques démontrées quant aux causes de cette pandémie surgie de la Chine ?

Que nous cache l’État chinois ?

Pourquoi aucun pays n’envisage des pressions suffisantes pour obtenir ces informations ?


c- Pourquoi une campagne d’oppression des consciences ?


Pourquoi orchestrer une telle campagne afin d’amener les citoyens à se faire vacciner sans tenir compte du respect de la liberté de conscience ?

Quel est le but recherché ?

Pourquoi se précipiter dans la commercialisation de ces vaccinsalors que pour celui de la grippe il a fallu 15 ans de recherches pour parvenir à sa relative stabilisation ?

Les vaccins proposés ont été élaborés en moins d’un an et commercialisés sans qu’on ait la moindre connaissance des effets secondaires à long terme ?

Il est tout à fait responsable de refuser de se faire vacciner, et d’être insensible à une approche tronquée du concept de responsabilité individuelle et communautaire, puisque la loi nous autorise à faire valoir le principe de précaution. Il n’est en rien irresponsable ni égoïste, ni négationniste de ne pas se faire vacciner.

Il faut être enfermé dans un prisme idéologique pour accuser ceux qui refusent le vaccin de négationnistes, c’est ne pas respecter la personne dans toute son intégrité, et ne pas considérer le problème dans tous ses aspects. C’est d’autant plus déroutant, que rejetant ses propres enseignements sur l ‘écologie et la morale infaillible, le Pape François ose nous encourager à accepter des vaccins qui sont réalisés à bases de cellules vivantes d’embryons humains qui seront après avortés. Il nous semble que le Pape endosse le rôle de Saruman le Blanc face au fidèle Gandalf le gris dans le Seigneur des Anneaux. Il est étrange, qu’il se commette avec les propagandistes outranciers de ceslaboratoires tenus par des milliardaires liés à l’état profond. Il n’est pas dans son rôle d’entrer dans une propagande de cette nature. Ne vaudrait-il pas mieux qu’il considère les effets désastreux de certaines de ses décisions dans le peuple de Dieu ?

2−la déclaration de la conférence des évêques de France au sujet des manipulations génétiques, c’est la danse des faux-culs ou le bal des pinces fesses

Certains de mes amis, et sans doute parmi vous également, se sont réjouis de la déclaration publiée par la Conférence des Évêques de France au sujet de la réécriture de la Loi de bioéthique proposée par ce gouvernement, qui sera prochainement votée au sénat. En toute bonne foi espèrent-ils, qu’il s’agit là d’un premier pas qui pourrait amener les évêques à obtenir du Siège Apostolique une proclamation dogmatique au sujet de l’Animation Immédiate et sans voile au premier génome. Mais tout laisse à croire qu’il serait plus profitable de donner sa foi à l’existence du Père Noël.

Voici la phrase en question en question : « Il est vrai que les techniques biomédicales s’immiscent là où s’origine la vie humaine dès l’émergence de la toute première cellule après la fécondation. « Cependant, tous les croyants, à quelque religion qu’ils appartiennent, ont toujours entendu la voix et la manifestation de Dieu dans le langage des créatures. Au contraire, l’oubli de Dieu rend opaque la créature elle- même.». L’oubli de la transcendance en chaque être humain rend périlleuse la bioéthique. »

Cette phrase, qui réjouit certains, n’est pas dérangeante ni pour le Siège Apostolique, ni pour les pouvoirs en place.Elle reprend l’argumentaire de la cellule malfaisante que constitua le groupe d’études thomistes autour du Père Marie-Dominique Philippe, qui aura lutté contre une possible déclaration dogmatique reconnaissant que l’animation était dans l’instant T de la constitution du premier génome.

Sans rentrer dans des détails sordides qui font honte à l’Église de France. On peut dire et affirmer que la situation présente, au sujet de cette Loi de Bioéthique, qui est une authentique catastrophe métaphysique, est le résultat d’une confusion intellectuelle et philosophique programmée, voulue avec des complicités volontaires dans les milieux, religieux, scientifiques et politiques à un point tel, qu’en regard de l’exigence de la vérité, il est tout à fait légitime de parler d’apostasie, de reniement de la vérité et de complicité d’atteinte à la Paternité Incréée du Père éternel. Cette catastrophe est la troisième grande transgression prophétisée par les prophètes Daniel et Ézéchiel, ce qui a eu pour résultat de précipiter l’ouverture de l’Apocalypse.

Non seulement nos évêques auront agi de toutes leurs forces pour empêcher que soit entendue la voix de ceux qui ont risqué leur vie en combattant dès l’origine le projet de cette loi et dont certains en sont morts comme notre frère Francis, enlevé, torturé, tué et brûlé sans qu’aucune enquête n’ait jamais été ouverte par le parquet.

Cette déclaration, suivie des recommandations de prière et de jeune, ne peut être prise au sérieux puisqu’il n’est exprimé aucun méaculpa quant à ce qui s’est passé en amont et qu’elle ne change en rien l’obstination du Siège Apostolique quant à son refus de proclamer l’Animation Immédiate et sans voile dès le premier génome. (Pour mémoire, je rappellerai que dès son élection, le Pape François a écarté toute velléité de s’intéresser à la question, position qu’il a tenue).

On peut affirmer, que les Papes st Jean-Paul II, Benoît XVI et François sont responsables des trois doutes et reniements de Pierre actualisés en nos jours. C’est ce qui explique le chaos qui surgit dans l’Église, et qui explosera dans la société française.

La position de nos évêques ressemble à une dose d’opiacé pour tranquilliser leur bonne conscience, et s’assurer une bonne sieste. Le spectacle que nous donne la conférence des évêques de France est bien celle du bal des pinces fesses.

3− le Motu proprio signé du Pape François instituant l’acolytat pour la femme

Tiré de l’article publié sur News Vatican en date du 11∕01∕2021 on lit : « Avec un Motu proprio, le Pape modifie le Code de Droit canon en institutionnalisant ce qui existait déjà dans la pratique : l’accès des femmes laïques au service de la Parole et de l’autel. »


Le fait que cette pratique existait avant et qui était contraire aux dispositions canoniques et liturgiques, un état de fait fautif qui ne peut être justifié encore moins institutionnalisé comme cela fut pour la communion dans la main ou, pour le monde civil, l’avortement clandestin ne justifie pas qu’on le légalise. Nous sommes-là en présence d’une incohérence intellectuelle, morale et spirituelle.


Dans un autre passage on peut lire ceci : « François précise qu'il a voulu accepter les recommandations qui ont émergé des différentes assemblées synodales, écrivant qu'un«développement doctrinal a été atteint ces dernières années, qui a mis en évidence le fait que certains ministères institués par l'Église ont pour fondement la condition commune du baptisé et du sacerdoce royal reçu dans le sacrement du baptême». C'est pourquoi le Pape nous invite à reconnaître qu'il s'agit de ministères laïcs«distincts, dans leur essence, du ministère ordonné reçu dans le sacrement de l'Ordre ».


Le Motu proprio concernant l’accès des femmes à l’acolytat est un acte qui bouleverse le Droit Canon, qui porte atteinte à l’institution du sacerdoce ordonné par Jésus Lui-même, car l’acolytat est un stade qui remplace le sous-diaconat qui est la première marche avant le diaconat et la prêtrise. Nous sommes en présence d’une décision qui inverse l’ordre sacramentel, et qui dans ses effets secondaires donnera une image sociale de l’Église aussi commune qu’une OMG. Elle va devenir, en quelques brasses, le fer de lance de l’humanisme de la Renaissance. Annoncera-t-elle encore Jésus-Christ ? Il faut dire que le Pape François ne l’annonce plus dans ses relations avec le monde non-chrétien.

« La nouvelle formulation du canon se lit comme suit :« Les laïcs qui ont l'âge et les qualités requises établies par décret de la conférence des Évêques, peuvent être admis d'une manière stable par le rite liturgique prescrit aux ministères de lecteur et d'acolyte», La spécification «laïcs hommes», présente dans le texte du Code jusqu'à l'amendement d'aujourd'hui, est donc supprimée. »

« Le Pape écrit au cardinal Ladaria préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi que «dans l'horizon de renouveau tracé par le Concile Vatican II, il y a aujourd'hui un sentiment d'urgence croissant pour redécouvrir la coresponsabilité de tous les baptisés dans l'Église, et en particulier la mission des laïcs».Et citant leDocument final du Synode pour l'Amazonie, il observe que «pour toute l'Église, dans la variété des situations, il est urgent que les ministères soient promus et conférés aux hommes et aux femmes... C'est l'Église des baptisés, hommes et femmes, que nous devons consolider en promouvant le ministère et, surtout, la conscience de la dignité du baptême. »

L’argumentation du Pape François dans sa lettre au cardinal préfet Ladaria est un exemple du langage idéologique, une manipulation qui inverse la sémantique de la Doctrine, car la seule urgence dans l’Église est la sainteté, qui est l’arbre à fruits des vocations sacerdotales et religieuses.

La référence faite au synode sur l’Amazonie jette une lumière cruelle sur les intentions du Pape, comme la décision prise par lui de dissoudre l’Académie Pontificale pour la famille et la vie fondée par le Pape saint Jean-Paul II, ainsi que les dispositions liturgiques quant à l’accès aux sacrements des divorcés remariés.


Le Pape François conclut sa lettre au cardinal Ladaria par ceci : « ...que «le choix de conférer également aux femmes ces fonctions, qui impliquent la stabilité, la reconnaissance publique et un mandat de l'évêque, rend plus effective dans l'Église la participation de tous au travail d'évangélisation».

J’ignorai que l’Église avait mission de s’inquiéter de la parité des sexes en son sein ?


1er Conclusion :


Cette situation de chaos prophétisée par des âmes pieuses ainsi que dans les Saintes Ecritures amène le fidèle à se retirer d’une Église dont l’institution humaines’oppose à la volonté du Christ Jésus, et en vient à tourner le dos aux Commandements, qui puis est au 1er Concile Œcuménique de Jérusalem.Si nous quittons cette très humaniste église, c’est davantage parce que nous n’y trouvons plus notre place et qu’il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes, car cette hiérarchiedétourne sonregard de celui d’amour de Jésus. Le fidèle est tenu de quitter les sanctuaires où se dérouleront des cérémonies transgressives en silence par précaution, car il y a le risque très grand que ces célébrations deviennent des canaux d’infestations. J’encourage le fidèle à suivre des prêtres rentrés en résistance ouassister aux liturgies tridentines dites traditionnelles, et surtout de ne pas faire d’esclandre dans les cérémonies transgressives parce que c’est inutile, et pour n’avoir aucune part à ce péché majeur. Le fidèle qui agit de la sorte ne produit pas un schisme, mais entre dans la sauvegarde de la Révélation et de sa foi. C’est un élu entré en résistance passive.


2éme conclusion


Mais tant que le schisme ne sera prononcé clairement, et cela ne peut venir que d’évêques et de prêtres fidèles, le Pape François est toujours le principe de l’unité et Vicaire du Christ, même s’il s’en défend, car lui-même ne peut changer par le ciel une institution qui ne lui appartient pas. Ce serait une très grave faute que de le juger et de le condamner sur le fond, il faut laisser cette part à Jésus seul, afin de ne pas être condamné d’une juste colère. Nous ne connaissons pas ses intentions, et cela vaut mieux.

Nous nous éloignons d’une Église dévolue au monde, pour affirmer notre fidélité au Christ Sauveur, mais pas par opposition irascible au Pape ni envers ceux qui le suivent. Nous n’agissons pas contre, mais pour le Christ et dans l’intention de Lui rester fidèles.


3ème conclusion


Le Pape François reste le successeur de Pierre, même s’il s’est embarqué dans la filiation des Nabuchodonosors, certes il est là par ce que Dieu l’y veut plus pour ses faiblesses que pour ses qualités, par ses décisions il pousse l’Antéchrist à se manifester, mais il est évident qu’il aura à répondre du scandale qu’il provoque chez le fidèle.


4ème conclusion


Je lance un appel aux évêques et prêtres, diacres, religieux, je vous demande votre pitié pour les fidèles, prononcez-vous sur ce qui vient de se passer avec ce Motu proprio, vous devez vous appuyer sur le comportement de saint Pierre face au Sanhédrin : « Plutôt obéir à Dieu qu’aux hommes. »

Je m’adresse à vous responsables de communautés traditionalistes, ne chantez pas victoire, car souvenez-vous que si vous étiez restés dans l’obéissance aux successeurs de Pierre et aviez accepté le Concile tout en résistants sur l’essentiel avec des fondations nouvelles qu’il rendait possible et sans brandir la liturgie comme arme de ralliement, vous auriez ouvert une porte de charité et d’espérance au peuple de fidèles qui ne voulait pas entrer dans une désobéissance frontale. Aussi, en nous accueillant gardez-vous de nous humilier, de nous désespérer. N’oubliez prêtres que vous êtes ordonnés à la charité.

Mes frères fidèles n’entrez pas dans la polémique, ne dites rien, soyez les fidèles du Seigneur à son image, il n’a rien dit face à Hérode, faites de même. Votre entrée silencieuse en résistance n’en portera que plus de fruits et vous n’aurez pas à souffrir autant que les autres quand les châtiments déjà commencés monteront en puissance.

Faites preuve de charité l’un envers l’autre, fondez des fraternités informelles sous la protection des trois Cœurs Sacrés, priez, veillez dans l’espérance. Organisez-vous pour que chacun puisse assister à la messe et recevoir les sacrements d’un bon et saint prêtre. Créez de nouvelles solidarités en aidant votre prochain proche, votre bon prêtre. Organisez des pèlerinages même si vous n’avez pas de prêtre, l’important est de renouer avec des lieux sanctifiés près de chez vous.

Développez les dévotions à saint Joseph, aux trois Cœurs Unis et Sacrés, récitez votre chapelet. Je vous aime et je demeure à votre disposition. Merci de fidélité, soyez bénis.

359 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout